Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la paroisse de Livarot

Ecole Saint Joseph de LIVAROT

6 Février 2017, 13:58pm

Publié par Myriam

Bienvenue sur le site de l’école

https://www.ecole-saintjoseph-livarot.fr/

 

Etablissement Catholique d’Enseignement, en contrat d’association avec l’Etat, l’école accueille tout élève, sans distinction, dès 2 ½ ans jusqu’au CM2.

L’école Saint Joseph comprend 5 classes (2 maternelles et 3 primaires) et met en oeuvre ses projets pédagogiques grâce au travail des enseignants, mais aussi par la participation des associations (APEL, OGEC/AMI) et de la Paroisse.

Ecole Saint Joseph - rue Delaplanche 14140 - LIVAROT

joseph.livarot@orange.fr tèl : 02 31 63 50 23

Voir les commentaires

Lecture et Commentaire du dimanche 12 févier 2017

6 Février 2017, 08:53am

Publié par Myriam

Messe 10h Livarot 12 février 2017 6e dimanche A

1ère lecture : Si 15,15-20

Si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidèle. Le Seigneur a mis devant toi l’eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l’une ou l’autre leur est donnée selon leur choix. Car la sagesse du Seigneur est grande, fort est son pouvoir, et il voit tout. Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaît toutes les actions des hommes. Il n’a commandé à personne d’être impie, il n’a donné à personne la permission de pécher.

Commentaire :

Le sage qui conseille son fils lui rappelle qu’il est libre d’observer ou non les commandements de Dieu. Il n’est pas question de rejeter sur Dieu la responsabilité des actes mauvais : Dieu n’a commandé à personne d’être impie, il n’a permis à personne de pécher.

2ème lecture : 1 Co 2,6-10

Frères, c’est bien de sagesse que nous parlons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dirigent ce monde et qui vont à leur destruction. Au contraire, ce dont nous parlons, c’est de la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, établie par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dirigent ce monde ne l’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire. Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme, ce que Dieu a préparé pour ceux dont il est aimé. Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, en a fait la révélation. Car l’Esprit scrute le fond de toutes choses, même les profondeurs de Dieu.

Commentaire :

Alors que des Corinthiens se sont attachés à un prédicateur, Paul affirme que ce n’est pas au prédicateur qu’il faut s’attacher. Car ce que prêche Paul n’est pas le fruit d’une sagesse humaine. Lui, Paul, n’est rien. Ce qu’il prêche, c’est ce qui a été révélé par l’Esprit et qui est rappelé dans les versets précédents (voir dimanche dernier) : c’est Jésus Christ. C’est lui cette sagesse révélée par l’Esprit que personne n'avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, que le cœur de l'homme n'avait pas imaginé, qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu.

Evangile : Mt 5,17-37

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne. Il a été dit également : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère. Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’, ‘non’, si c’est ‘non’. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »

Commentaire :

Jésus n’est pas venu abolir mais accomplir la Loi de Moïse. Qu’est-ce à dire ? Il faut bien prendre le verbe « accomplir » dans le sens de « porter à sa perfection » et non pas seulement faire ce qui est prévu. Jésus vient porter à sa perfection la Loi de Moïse. Il l’illustre à partir de quelques exemples : le meurtre est condamné par la loi de Moïse, mais Jésus montre que l’on peut aussi « tuer » les gens par la parole, la calomnie, la colère. L’adultère était condamné par la loi de Moïse, Jésus dénonce l’adultère en pensée. La loi de Moïse prévoyait que quelqu’un puisse renvoyer sa femme, même pour des motifs futiles, Jésus protège l’épouse et dénonce ce qui détruit l’unité profonde du couple.

En fait, Jésus montre surtout qu’il ne suffit pas de respecter la lettre de la loi de Moïse, mais qu’il faut non seulement en respecter l’esprit mais aussi aller au-delà pour plus de justice et d’amour du prochain.

François Brossier

Voir les commentaires

ACTEURS DE L'ORDINAIRE

3 Février 2017, 03:34am

Publié par Myriam

ACTEURS DE L'ORDINAIRE

Le cours des événements est rapide et souvent impétueux dans le calendrier électoral : campagne, sondages, commentaires. Si la page des primaires est désormais tournée, elles ne sont cependant qu’un moment dans le débat qui se poursuit. Comment garder le cap de l’essentiel ? Les événements du monde appellent aussi notre attention, avec tout ce qu’il est possible de lucidité et d’engagement. Le chrétien n’est pas dans le monde un riverain ou un spectateur. Sa foi l’incite à un regard large sur la vie des hommes. Elle l’engage à l’espérance, cette surprenante vertu de résistance au fatalisme ou à l’immédiat, au nom même de celui qui est au cœur de notre foi et dont l’engagement fut sans faille.

 

Face à tout cela me traverse de façon répétée cette question : quel est ce temps ordinaire, que nous propose la liturgie en février ? Nous y sommes entrés depuis le 10 janvier, au lendemain de l’Epiphanie et du baptême du Seigneur. Nos yeux et nos cœurs se sont remplis durant le temps de Noël, de la révélation de l’inouï : de l’incarnation de notre Dieu, de son choix d’habiter au milieu de nous. Et le mouvement de la liturgie nous conduira bientôt, avec le Carême, aux chemins de Pâques.

 

Le temps ordinaire est ce que nous vivons ainsi, au creux des jours et dans le flux ininterrompu des événements du monde. Et nous sommes appelés à le traverser dans cette attention à la vie des hommes et du monde, que Dieu aime – comme les anges l’ont chanté dans le ciel de Noël ! Nous sommes arrimés à cet amour de Dieu, qui est source pour nous d’une espérance infinie. Mais cela nous confère aussi une responsabilité vive, au nom de l’Evangile.

 

P. Jacques Nieuviarts, conseiller éditorial de Prions en Église

 

Voir les commentaires

Jeudi 2 février fête de la Chandeleur

30 Janvier 2017, 01:15am

Publié par Myriam

Jeudi 2 février fête de la Chandeleur

Historique

Jeudi 2 février fête de la Chandeleur

La fête de la Présentation du Seigneur que nous célébrons le 2 février, était autrefois appelée « Purification de la Vierge Marie ». Nous trouvons une discrète allusion à la purification dans la prière d’ouverture : « fais que nous puissions aussi, avec une âme purifiée, nous présenter devant toi… » (prière d’ouverture) Cette fête clôt les solennités de l’Incarnation. Elle rappelle que Jésus fut présenté au temple, 40 jours après sa naissance, selon la loi de Moïse (Exode 13, 11-13) et offert à Dieu (Luc 2, 22-40).

L’ensemble des textes du jour, que ce soit les antiennes, les prières, la préface…, évoque principalement la Présentation de Jésus au temple et sa rencontre avec le vieillard Syméon qui fut le premier à reconnaître en lui la « lumière pour éclairer les nations » « Le vieillard Syméon et la prophétesse Anne étaient venus au temple, sous l’impulsion de l’Esprit Saint ; éclairés par ce même Esprit, ils reconnurent leur Seigneur dans le petit enfant et ils l’annoncèrent à tous avec enthousiasme. »

De la même manière que le vieillard Syméon, la procession des lumières nous rappelle que nous sommes « rassemblés par l’Esprit Saint » et invités à avancer dans la paix, à la rencontre du Seigneur « pour le reconnaître à la fraction du pain, en attendant sa venue dans la gloire. » (Dialogue initial)

Aujourd’hui, cette fête est plus connue sous le nom de chandeleur. Au Moyen Âge, on avait pris l’habitude de célébrer la fête de la « Présentation » en organisant des processions où l’on portait des chandelles qui étaient bénies ce jour- là. D’où le nom de chandeleur : la fête des chandelles -en écho aux paroles de Syméon dans le temple, reconnaissant Jésus comme « lumière pour les nations ».

Dominique Cadet [1]

Voir les commentaires

Lecture t commentaire du dimanche 5 février 2017 avec accueil de 2 enfants en manche vers le baptême

25 Janvier 2017, 08:37am

Publié par Myriam

Lecture t commentaire du dimanche 5 février 2017 avec accueil de 2 enfants en manche vers le baptême

- 5 février 2017 5e dimanche A

 

Messe 10h Livarot messe d’accueil de deux enfants du catéchisme en chemin vers le baptême

1ère lecture : Is 58,7-10

Ainsi parle le Seigneur : Partage ton pain avec celui qui a faim, accueille chez toi les pauvres sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la gloire du Seigneur fermera la marche. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. » Si tu fais disparaître de chez toi le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante, si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi.

 

Commentaire :

Ce passage du livre d’Isaïe a été composé au retour de l’Exil. Le prophète répond à ceux qui se plaignent que Dieu semble ne pas faire attention à leurs gestes de piété ni à leur jeûne. Il leur dit au nom du Seigneur : « Le jeûne que je préfère, n’est-ce pas dénouer les liens provenant de la méchanceté…, partager ton pain avec l’affamé, héberger les sans abris, etc. » Celui qui agit ainsi sera comme une lumière qui rayonne dans les ténèbres ou comme une fontaine dont les eaux ne déçoivent pas.

 

2ème lecture 1 Co 2,1-5

Frères, quand je suis venu chez vous, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage ou de la sagesse. Parmi vous, je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus Christ, ce Messie crucifié. Et c’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je me suis présenté à vous. Mon langage, ma proclamation de l’Évangile, n’avaient rien d’un langage de sagesse qui veut convaincre ; mais c’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient, pour que votre foi repose, non pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

 

Commentaire :

Paul, ici, ne dénigre pas la sagesse en tant que telle mais il affirme que ce qu’il révèle n’est pas le fruit d’une sagesse humaine ou d’une habile construction littéraire. Ce qu’il annonce, c’est un Messie crucifié. Il faut mesurer l’incongruité d’une telle formule, en particulier pour les juifs. Le Messie, l’Oint du Seigneur, le Fils de David, serait celui qui est mort sur une croix ? Pourtant telle est bien l’affirmation de Paul. Pour lui, la foi n’est pas une adhésion purement humaine à une démonstration intellectuelle. Seule la puissance de l’Esprit peut conduire à la foi en Jésus Christ le crucifié.

 

Evangile : Mt 5,13-16

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, avec quoi sera-t-il salé ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

 

Commentaire :

Deux images qualifient les disciples auxquels s’adresse le discours de Jésus :

1) Le sel : Vous êtes le sel de la terre. Le sel est ce qui donne du goût et permet la conservation des aliments. Si le sel perd ses qualités, il n’est plus d’aucune utilité. Par la qualité de leur vie guidée par les Béatitudes, les disciples sont appelés à donner saveur à l’humanité en étant pacifiques, droits, justes et miséricordieux. Sans cela, ils sont inutiles.

2) La lumière : Vous êtes la lumière du monde. La lumière s’oppose aux ténèbres. Les disciples sont appelés à refléter par leur vie la lumière de la révélation divine faite par Jésus Christ. (Cf. Pr 4,18 Les chemins des justes brillent comme la lumière et Si 32,16 Ils font briller leurs justes actions comme la lumière) La ville située sur la montagne évoque peut-être la ville de Séphoris en Galilée construite au sommet d’une colline et qui est visible de très loin. Quand elles n’étaient pas utilisées, les lampes à huile étaient rangées dans le boisseau. Un disciple dont la vie serait à l’inverse de l’esprit des Béatitudes ressemblerait à une lampe rangée dans le placard. Il ne s’agit pas pour les disciples d’exhiber leurs vertus mais de témoigner par leur vie de ce qui les anime : l’Évangile de Jésus Christ.

François Brossier

Voir les commentaires

Lecture et Commentaire du dimanche 29 janvier 2017

25 Janvier 2017, 08:24am

Publié par Myriam

29 janvier 2017 4e dimanche A -

Messe 10h Livarot

1ère lecture : So 2,3 ; 3,12-13

Cherchez le Seigneur, vous tous, les humbles du pays, qui accomplissez sa loi. Cherchez la justice, cherchez l’humilité : peut-être serez-vous à l’abri au jour de la colère du Seigneur. Je laisserai chez toi un peuple pauvre et petit ; il prendra pour abri le nom du Seigneur. Ce reste d’Israël ne commettra plus d’injustice ; ils ne diront plus de mensonge ; dans leur bouche, plus de langage trompeur. Mais ils pourront paître et se reposer, nul ne viendra les effrayer.

 

Commentaire :

Le prophète Sophonie a prêché à l’époque du roi Josias (640-609). Sous son prédécesseur Manassé, le royaume de Juda a connu une des périodes les plus sombres de son histoire et les abus de ce règne ne sont pas encore extirpés : corruption des élites, syncrétisme religieux, attrait des modes étrangères, indifférence religieuse. Le prophète annonce le châtiment des orgueilleux et des riches. Il se fait le chantre des humbles et des pauvres ; eux seuls formeront le petit reste qui mettra sa confiance dans le Seigneur, son seul sauveur, sa joie, sa force.

Dans les Béatitudes, Jésus fera l’éloge de cette pauvreté et de cette humilité sans lesquelles l’homme imbu de lui-même ne laisse pas de place pour Dieu.

 

2ème lecture : 1 Co 1,26-31

Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ; ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu. C’est grâce à Dieu, en effet, que vous êtes dans le Christ Jésus, lui qui est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification, rédemption. Ainsi, comme il est écrit : Celui qui veut être fier, qu’il mette sa fierté dans le Seigneur.

 

Commentaire :

Trois versets auparavant, Paul a rappelé que sa prédication n’est pas là pour se faire mousser ni pour s’attirer les bonnes grâces de ceux qui l’écoutent : « Nous, nous prêchons un Messie crucifié, scandale pour les juifs, folie pour les païens. » En conséquence, personne ne doit s’enorgueillir de ce qu’il est humainement (Les membres de la communauté sont souvent de petites gens), mais de ce qu’il a reçu de Dieu dans le Christ Jésus.

 

Evangile : Mt 5,1-12a

En ce temps-là, voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait : « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! »

 

Commentaire :

La lecture suivie de l’évangile de Matthieu nous conduit à relire les Béatitudes qui représentent le grand porche d’entrée au Discours sur la montagne.

Rappelons ici le commentaire écrit lors de la fête de la Toussaint pour ce même passage :

Ce « Sermon sur la montagne » s’adresse aux disciples de Jésus, c’est-à-dire à ceux qui déjà ont été séduits par la personne de Jésus et son annonce du Règne de Dieu. Seuls ceux qui ont mis leurs pas dans ceux du Christ peuvent entendre ses exigences. Jésus leur annonce que le chemin qu’il propose conduit au bonheur dès maintenant.

Le pauvre de cœur est celui qui se conduit comme tel face à Dieu et lui fait totalement confiance.

Le doux est celui qui, à l’exemple de Jésus, refuse de s’imposer par la force et se fait serviteur de ses frères.

Les disciples qui pleurent dans leurs épreuves misent sur le réconfort promis par Dieu tel qu’il s’exprimait déjà en Is 61,2 où l’oint du Seigneur est venu consoler les affligés.

Avoir faim et soif de justice, c’est aspirer à la victoire des droits de Dieu en eux-mêmes et dans le monde.

Le miséricordieux est celui qui sait pardonner comme Dieu lui pardonne.

Quant l’évangile parle de cœur pur, il ne vise pas la sexualité (du moins pas directement) mais bien la droiture, la franchise et l’absence de duplicité.

Le pacifique est celui qui travaille à réconcilier les hommes entre eux et favorise les relations humaines dénuées d’agressivité.

Les attitudes prônées par les premières béatitudes suscitent une vive opposition de la part des violents et des dominateurs. Jésus a montré par sa mort et sa résurrection que le mal n’aura pas le dernier mot.

Nous continuerons la lecture du Sermon sur la montagne pendant le mois de février jusqu’au Carême.

François Brossier

 

Voir les commentaires

Votre blog fête ses 8 an(s) aujourd’hui !

22 Janvier 2017, 18:23pm

Publié par Myriam

Votre blog a 8 ans aujourd’hui

 

Bonjour Myriam,

Votre blog fête ses 8 an(s) aujourd’hui !

Toute l'équipe d'OverBlog est heureuse de souhaiter un joyeux anniversaire à votre blog Le blog de la paroisse de Livarot.

 

8 ans ça se fête !

Dites-le à tout le monde

Voir les commentaires

Paroisse St Pierre et St Paul en Val d’Auge Messe des Relais pour l’année 2017

20 Janvier 2017, 10:43am

Publié par Myriam

Paroisse St Pierre et St Paul en Val d’Auge Messe des Relais pour l’année 2017

Relais de SAINT GERMAIN de LIVET :

(Le Mesnil Germain est rattaché à Livarot pour les Messes) – 6 Communes (donc 3 Messes par an)

On alterne maintenant la Messe un an sur deux dans chaque groupe de commune :

Tous les dimanche 10h Livarot

 

- Prêtreville ET St Germain de Livet : Messe à Prêtreville le Dimanche 28 Mai 11H30

 

- St Jean de Livet ET St Martin de la Lieue : Messe à St Martin de La Lieue le jeudi 25 Mai 11H30

 

- Le Mesnil Eudes ET St Pierre des Ifs : Messe à St Pierre des Ifs le Dimanche 02.juillet 2017 à 11H

------------------------------------------------------------

Paroisse St Pierre et St Paul en Val d’Auge Messe des Relais l’année 2017 Relais de Fervaques

Messe tous les dimanches et Fête à 10h Livarot

1°) RELAIS de FERVAQUES - 6 Communes (donc 3 Messes par an) –

On alterne maintenant la Messe un an sur deux dans chaque groupe de commune :

- Les Moutiers Hubert ET Notre Dame de Courson : Célébratio à Les Mouthiers Hubert le Dimanche 02 juillet 2017 à 11H30

- La Croupte ET Fervaques : Messe à La Croupte le Dimanche 09 juillet 2017 à 11H30

- Auquainville ET Chèffreville-Tonnencourt : Messe à Chèffreville-Tonnencourt le Dimanche 03 septembre 2016 à 11H30

 

Les Fêtes : RAMEAUX- NOÊL avec St Germain de Livet

RAMEAUX 2017 à St Germain de Livet

NOËL 2017 à Fervaques

 

Paroisse St Pierre et St Paul en Val d’Auge Messe des Relais pour l’année 2017 Relais de Livarot

4°) LIVAROT – 14 Communes ((donc 4 Messes par an + La Chapelle Haute Grue) + Messes à Livarot à 10H00))

On alterne maintenant la Messe un an sur trois dans chaque groupe de commune :

- Tortisambert ET Heurtevent ET les Autels St Bazile : Messe à Heurtevent le Dimanche 30 juillet 2017 à 11H30

- Bellou ET St Ouen le Houx ET La Brévière : Messe à t Ouen le Houx le Dimanche 1er Octobre 2017 à 11H30

- St Martin du Mesnil Oury ET Le Mesnil Bacley ET St Michel de Livet :

Messe à St Michel de Livet le Dimanche 10 Septembre 2017 à 11H30

- Ste Marguerite des Loges ET Le Mesnil- Durand ET Le Mesnil-Germain :

Messe à Le Mesnil Durant le Dimanche 17 juillet 2017 à 11H30

- La Chapelle Haute Grue : Messe à La Chapelle Haute Grue le Jeudi 10 Aôut 2016 à 20H45 pour la Fête St Laurent

-----------------------------------------

Paroisse St Pierre et St Paul en Val d’Auge Messe des Relais pour l’année 2017 Relais de St Julien le Faucon

3°) SAINT JULIEN LE FAUCON – 8 Communes ( donc 4 Messes par an)

On alterne maintenant la Messe un an sur deux dans chaque groupe de commune :

- Les Monceaux ET Lessard et le Chêne : Messe à Lessard et le Chêne le Dimanche 17 septembre 2017à 11H30

 

- Grandchamp le Château ET Coupesarte : Messe à Coupesarte le Dimanche 23 juillet 2017à 11H30

 

- Le Mesnil-Simon ET Les Authieux Papion : Messe à Les Authieux Papion le Dimanche 230 Août 2017 à 11H30

 

- St Julien le Faucon ET Castillon en Auge : Messe à Castillon en Auge le Dimanche 30 Avril 2017 à 11H30

Voir les commentaires

dimanche 22 janvier lecture et commentaire

17 Janvier 2017, 15:05pm

Publié par Myriam

dimanche 22 janvier lecture et commentaire

- 22 janvier 2017 3e dimanche A

Messe 10h Livarot              dimanche 22 janvier lecture et commentaire

1ère lecture : Is 8, 23b – 9, 3

Dans un premier temps, le Seigneur a couvert de honte le pays de Zabulon et le pays de Nephtali ; mais ensuite, il a couvert de gloire la route de la mer, le pays au-delà du Jourdain, et la Galilée des nations. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. Tu as prodigué la joie, tu as fait grandir l’allégresse : ils se réjouissent devant toi, comme on se réjouit de la moisson, comme on exulte au partage du butin. Car le joug qui pesait sur lui, la barre qui meurtrissait son épaule, le bâton du tyran, tu les as brisés comme au jour de Madiane.

 

Commentaire :

Les territoires cités ici correspondent à ceux qui, les premiers, ont été envahis par les Assyriens en 734-732. La naissance du roi Ézéchias à Jérusalem est une source d’espérance pour ces régions. Les ténèbres évoquent les malheurs et la lumière désigne le roi qui vient de naître, celui qui est désigné en Is 9,5ss. Le jour de Madiane rappelle la victoire de Gédéon (Jg 8).

Lorsque Matthieu reprend ce texte d’Isaïe, il livre la conviction des premiers chrétiens : pour la Galilée, la venue de Jésus est l’accomplissement de ce qu’annonçait Isaïe : Jésus est vraiment lumière des nations et libérateur.

 

2ème lecture : 1 Co 1,10-13.17

Frères, je vous exhorte au nom de notre Seigneur Jésus Christ : ayez tous un même langage ; qu’il n’y ait pas de division entre vous, soyez en parfaite harmonie de pensées et d’opinions. Il m’a été rapporté à votre sujet, mes frères, par les gens de chez Chloé, qu’il y a entre vous des rivalités. Je m’explique. Chacun de vous prend parti en disant : « Moi, j’appartiens à Paul », ou bien : « Moi, j’appartiens à Apollos », ou bien : « Moi, j’appartiens à Pierre », ou bien : « Moi, j’appartiens au Christ ». Le Christ est-il donc divisé ? Est-ce Paul qui a été crucifié pour vous ? Est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ? Le Christ, en effet, ne m’a pas envoyé pour baptiser, mais pour annoncer l’Évangile, et cela sans avoir recours au langage de la sagesse humaine, ce qui rendrait vaine la croix du Christ.

 

Commentaire :

Chaque citoyen grec était attaché à tel ou tel bienfaiteur de la cité. À Corinthe, les chrétiens ont reproduit ce clientélisme en s’attachant à un prédicateur ou fondateur tout en rejetant ceux qui sont attachés à d’autres. Paul souligne le danger d’une telle division. On remarquera que Paul n’accuse pas Apollos ou Pierre et qu’il ne prétend pas avoir raison contre eux : pour lui tous les prédicateurs (dont lui) ne sont que des serviteurs. Seul l’attachement au Christ est source de salut et non l’attachement à un homme si prestigieux soit-il.

 

Evangile : Mt 4,12-23

Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean le Baptiste, il se retira en Galilée. Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord de la mer de Galilée, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali. C’était pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe : Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer et pays au-delà du Jourdain, Galilée des nations ! Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée. À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. » Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant la barque et leur père, ils le suivirent. Jésus parcourait toute la Galilée ; il enseignait dans leurs synagogues, proclamait l’Évangile du Royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité dans le peuple.

 

Commentaire :

Pour Matthieu, l’arrestation de Jean Baptiste marque la fin de l’époque des prophètes et le véritable début de la mission de Jésus. Le fait que celui-ci commence son ministère en Galilée est pour lui l’accomplissement d’un passage du livre d’Isaïe qui annonçait aux tribus de l’extrême nord d’Israël asservie par les Assyriens, les tribus de Zabulon et de Nephtali, une libération prochaine. Il s’agissait d’une région proche des territoires païens, surnommé le carrefour des païens. De même que Matthieu avait vu dans la visite des mages, l’annonce de l’évangélisation des païens, de même le fait que Jésus prêche en Galilée, terre de brassage de populations, anticipe l’ouverture aux païens ; une lumière s’est levée pour eux, la lumière de Jésus Christ.

L’appel des premiers disciples à la suite de la proclamation de la proximité du Royaume des cieux indique que Jésus veut les associer à l’évangélisation. L’image de pêcheurs d’hommes doit se comprendre dans le fait que, pour le judaïsme ancien, la mer est le symbole des puissances de mort. Arracher les hommes au monde des ténèbres sera la mission des disciples à la suite du Christ.

François Brossier

 


Voir les commentaires

dimanche 15 janvier 2017 Lecture et commentaire Année A

10 Janvier 2017, 07:10am

Publié par Myriam

dimanche 15 janvier 2017 Lecture et commentaire Année A

Dimanche 15 janvier 2017 Messe à 10h l’église de Livarot

2e dimanche A

1ère lecture : Is 49, 3.5-6

Le Seigneur m’a dit : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi je manifesterai ma splendeur. » Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob, que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. Et il dit : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël : je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »

Commentaire :

Ce passage d’Isaïe fait partie des « Poèmes du Serviteur » abondamment cités dans le temps de Pâques. Au retour d’Exil, le prophète entrevoit un rôle universaliste pour le serviteur de Dieu.

Pour les chrétiens, c’est bien ce que Jésus est venu accomplir. La Bonne nouvelle est faite pour tous les hommes sans distinction. Il est vraiment la lumière des nations. Ce texte sera aussi utilisé pour désigner la mission de Paul auprès des nations païennes.

2ème lecture : 1 Co 1,1-3

Paul, appelé par la volonté de Dieu pour être apôtre du Christ Jésus, et Sosthène notre frère, à l’Église de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés dans le Christ Jésus et sont appelés à être saints avec tous ceux qui, en tout lieu, invoquent le nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre. À vous, la grâce et la paix, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.

Commentaire :

Nous commençons en ce dimanche la lecture de la première lettre de S. Paul aux Corinthiens. Paul a tissé des liens très forts avec cette communauté qu’il a évangélisée en 49-50. Alors qu’il était à Éphèse en 54, il a reçu un rapport alarmant sur la situation de cette communauté agitée par de nombreux problèmes concernant l’unité, la foi en la résurrection, le repas du Seigneur, le parler en langues, etc.

Le passage lu en ce dimanche est l’adresse. Paul insiste sur le fait que la communauté de Corinthe est formée des fidèles qui ont été sanctifiés dans le Christ Jésus et forment le peuple saint non parce qu’ils sont parfaits mais parce qu’ils ont été appelés par Dieu. C’est en fonction de cette vocation que Paul pourra montrer dans la suite de la lettre comment vivre en fonction de cette identité de peuple saint.

 

Evangile : Jn 1,29-34

En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.’ Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

Commentaire :

« Voici l’Agneau de Dieu » : cette métaphore ne livre pas sa signification de manière immédiate. Sa référence est double : d’une part, elle évoque l’agneau d’Is 53,7 qui parle de ce serviteur de Dieu conduit à la mort comme un agneau traîné à l’abattoir, d’autre part, elle fait allusion à l’agneau pascal immolé lors de la Pâque juive. L’évangile de Jean fera remarquer que Jésus a été mis en croix à l’heure où l’on immolait l’agneau pascal (Jn 19,14). Le thème sera repris dans le livre de l’Apocalypse (Ap 5,6-13).

L’évangéliste donne ensuite une interprétation du baptême de Jésus marquée par la foi pascale. Jésus n’est pas seulement un prophète inspiré (ce que pourrait laisser entendre la venue de l’Esprit comme en Is 61,1), il est le préexistant « Avant moi il était » (verset 30) et le Fils de Dieu (verset 34).

François Brossier

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>