Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la paroisse de Livarot

Lecture du Dimanche 1er mars 2015

26 Février 2015, 07:40am

Publié par Myriam

Lecture du Dimanche 1er mars 2015
Lecture du Dimanche 1er mars 2015

2ème dimanche de carême B - 1er mars 2015

Dimanche 1er mars Messe : 10h Livarot 11h30 Fervaques 2ème dimanche de Carême 

                                                                                    

                                       Livre de la Genèse Gn 22, 1-2.9a.10-13.15-18
Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! » Dieu dit : « Prends ton fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l'offriras en sacrifice sur la montagne que je t'indiquerai. » Quand ils arrivèrent à l'endroit que Dieu lui avait indiqué, Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l'ange du Seigneur l'appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L'ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l'enfant ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier, qui s'était pris les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l'offrit en holocauste à la place de son fils. Du ciel l'ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham : « Je le jure par moi-même, déclare le Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance tiendra les places fortes de ses ennemis. Puisque tu m'as obéi, toutes les nations de la terre s'adresseront l'une à l'autre la bénédiction par le nom de ta descendance. »

Commentaire
Il est fort regrettable que le récit ne soit pas complet. Il manque en particulier les versets 7-8 qui exprime la foi d’Abraham (Isaac parla à son père Abraham : « Mon père, » dit-il, et Abraham répondit : « Me voici, mon fils. » Il reprit : « Voici le feu et les bûches ; où est l’agneau pour l’holocauste ? » Abraham répondit: "Dieu saura voir l’agneau pour l’holocauste, mon fils.)
On est souvent choqué que Dieu puisse demander un tel sacrifice. Mais notons bien qu’il s’agit d’une mise à l’épreuve d’Abraham et non d’un désir de Dieu de se faire offrir des sacrifices humains. C’est ce que rappelle Dieu par l’intermédiaire de Jérémie (Jr 19,5) : cela, je ne l’ai pas prescrit, je n’en ai pas parlé, je n’en ai jamais eu l’idée. Abraham avait dit : « Dieu saura voir. » Dieu en effet a vu la foi d’Abraham et envoie son ange pour arrêter le geste du patriarche. Cet épisode rappelle aussi qu’Abraham n’est pas propriétaire du fils de la promesse.
Les Pères de l’Église verront dans cet épisode la préfiguration du sacrifice de Jésus. C’est pourquoi on trouve très souvent cette scène illustrée dans les vitraux et sculptures du Moyen âge pour évoquer la rédemption acquise par Jésus.

2ème lecture : Le sacrifice du Fils (Rm 8, 31-34)
Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas refusé son propre Fils, il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il avec lui ne pas nous donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? puisque c’est Dieu qui justifie. Qui pourra condamner ? puisque Jésus Christ est mort ; plus encore : il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous.

Commentaire
Ce passage est le début d’un hymne à l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ. Le verset 32 « Il n’a pas refusé son propre Fils » fait allusion au récit du sacrifice d’Isaac lu en première lecture. Cette fois, il ne s’agit plus d’une simple épreuve. Jésus s’est offert lui-même en sacrifice par fidélité à la mission que lui a confiée son Père. Jésus ressuscité est plus qu’un avocat, il est notre sauveur. « Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur. » (Rm 8,39).

                                                              Evangile : Mc 9,2-10
Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s'entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » De fait, il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. En descendant de la montagne, Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette consigne, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d'entre les morts ».

Commentaire
Quelqu’un me disait l’autre jour : Jésus est très fort. Il a montré à ses disciples, avant la résurrection, qu’il était capable de se dématérialiser pour passer à travers les murs. Pour lui, c’était ce qu’il fallait retenir du récit de la Transfiguration !
Une telle façon de lire méconnaît totalement deux réalités :
1) La façon dont Jésus a vécu avant Pâques. Le récit des tentations nous apprend que Jésus a toujours fui ce qui le ferait passer pour un magicien, un superman.
2) L’enracinement culturel des évangiles. Parler de la montagne, de Moïse et d’Élie, de tentes et de couleur blanche, tout cela est plein de sens pour qui connaît l’A.T. Jésus nous est présenté comme celui qui vient accomplir, porter à sa perfection l’alliance du Sinaï quand Moïse était sur la montagne. Élie le prophète avait fait le pèlerinage à la montagne de Dieu. À l’époque de Jésus, beaucoup de juifs attendaient le nouveau Sinaï, le Sinaï des derniers temps lorsque Dieu viendrait instaurer définitivement son règne sur la terre. Le récit de la Transfiguration nous apprend que Jésus est le Messie des derniers temps, ses vêtements blancs sont les vêtements traditionnels des être célestes dans la Bible, c’est déjà le ressuscité qui nous est présenté, celui qui, dans son humanité, entraîne les hommes vers Dieu comme Moïse sur la montagne ; et celui qui, dans sa divinité, vient au devant des hommes comme Dieu était descendu sur la montagne dans le récit de l’Exode. Page admirable qui nous révèle l’identité de Jésus grâce à la voix du Père, et son rôle de Sauveur.

À la suite des disciples, le récit de la Transfiguration donne aux lecteurs de l’Évangile de contempler déjà Jésus dans sa gloire de ressuscité. Mais comme les disciples, ceux qui veulent suivre Jésus sont invités à ne pas s’installer comme s’ils étaient déjà dans les tentes éternelles du Royaume de Dieu. Cet évangile présente le terme de la route, il reste pour tous les disciples à passer avec Jésus par le chemin de la Croix.

1ère lecture : texte complet Gn 22/1-18

1 Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! » 
02 Dieu dit : « Prends ton fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l'offriras en sacrifice sur la montagne que je t'indiquerai. » 
03 Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux de ses serviteurs et son fils Isaac. Il fendit le bois pour le sacrifice, et se mit en route vers l'endroit que Dieu lui avait indiqué. 
04 Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit l'endroit de loin. 
05 Abraham dit à ses serviteurs : « Restez ici avec l'âne. Moi et l'enfant nous irons jusque là-bas pour adorer, puis nous reviendrons vers vous. » 
06 Abraham prit le bois pour le sacrifice et le chargea sur son fils Isaac ; il prit le feu et le couteau, et tous deux s'en allèrent ensemble. 
07 Isaac interrogea son père Abraham : « Mon père ! - Eh bien, mon fils ? » Isaac reprit : « Voilà le feu et le bois, mais où est l'agneau pour l'holocauste ? » 
08 Abraham répondit : « Dieu saura bien trouver l'agneau pour l'holocauste, mon fils », et ils s'en allaient tous les deux ensemble.
09 Ils arrivèrent à l'endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y éleva l'autel et disposa le bois, puis il lia son fils Isaac et le mit sur l'autel, par-dessus le bois. 
10 Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. 
11 Mais l'ange du Seigneur l'appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » 
12 L'ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l'enfant ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique. » 
13 Abraham leva les yeux et vit un bélier, qui s'était pris les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l'offrit en holocauste à la place de son fils. 
14 - Versets non traduits dans la version actuelle de la Bible de la liturgie (explications) 
15 Du ciel l'ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham : 
16 « Je le jure par moi-même, déclare le Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique, 
17 je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance tiendra les places fortes de ses ennemis. 
18 Puisque tu m'as obéi, toutes les nations de la terre s'adresseront l'une à l'autre la bénédiction par le nom de ta descendance. »

 

Voir les commentaires

Temps fort de conversion à Livarot et St Germain de Livet

22 Février 2015, 07:41am

Publié par Myriam

Livarot 10h St Germain de Livet 11h30

Dimanche 22 février 1er dimanche de Carême année B temps fort de conversion

ACCUEIL : Chant : n’aie pas peur

N'aie pas peur,
laisse-toi regarder par le Christ,
laisse-toi regarder, car il t'aime (bis)

1/Il a posé sur moi son regard,          2/ Il a posé sur moi son regard
un regard plein de tendresse.                     et m'a dit : « Viens et suis-moi ».
Il a posé sur moi son regard,                Il a posé sur moi son regard
      un regard long de promesse.                et m'a dit : « Viens, ne crains pas

Introduction : 

L'histoire de chaque homme, notre histoire est une histoire d'amour :

Dieu nous aime et à travers notre vie veut nous conduire à lui. Bien souvent, nous refusons cet amour : notre péché. Mais Dieu ne désarme pas, il nous cherche et veut nous pardonner. C'est la merveilleuse bonne nouvelle de l'Evangile.

Notre Eucharistie de ce matin passant par une habitude de conversion

en ce temps de Carême, nous libère des événements de la vie et sur la profondeur de notre foi.

 Ouvrons nos cœurs pour accueillir la Parole de Notre Pape sur la conversion.

Pape François La joie de l’évangile chapitre 2 N° 99,100, 101.

 (...)N°99. Le monde est déchiré par les guerres et par la violence, ou blessé par un individualisme diffus qui divise les êtres humains et les met l’un contre l’autre dans la poursuite de leur propre bien-être.

 En plusieurs pays ressurgissent des conflits et de vieilles divisions que l’on croyait en partie dépassées. Je désire demander spécialement aux chrétiens de toutes les communautés du monde un témoignage de communion fraternelle qui devienne attrayant et lumineux.

Que tous puissent admirer comment vous prenez soin les uns des autres, comment vous vous encouragez mutuellement et comment vous vous accompagnez : « A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13,35). C’est ce que Jésus a demandé au Père dans une intense prière : «Qu’ils soient un en nous, afin que le monde croie » (Jn 17,21).

 Attention à la tentation de l’envie ! Nous sommes sur la même barque et nous allons vers le même port ! Demandons la grâce de nous réjouir des fruits des autres, qui sont ceux de tous.

(...)100.   A ceux qui sont blessés par d’anciennes divisions il semble difficile d’accepter que nous les exhortions au pardon et à la réconciliation, parce qu’ils pensent que nous ignorons leur souffrance ou que nous prétendons leur faire perdre leur mémoire et leurs idéaux.

Mais s’ils voient le témoignage de communautés authentiquement fraternelles et réconciliées, cela est toujours une lumière qui attire. Par conséquent, cela me fait très mal de voir comment, dans certaines communautés chrétiennes, et même entre personnes consacrées, on donne de la place à diverses formes de haine, de division, de calomnie, de diffamation, de vengeance, de jalousie, de désir d’imposer ses propres idées à n’importe quel prix, jusqu’à des persécutions qui ressemblent à une implacable chasse aux sorcières. Qui voulons-nous évangéliser avec de tels comportements ?

(.....)101.  Demandons au Seigneur de nous faire comprendre la loi de l’amour. Qu’il est bon de posséder cette loi ! Comme cela nous fait du bien de nous aimer les uns les autres au-delà de tout ! Oui, au-delà de tout ! A chacun de nous est adressée l’exhortation paulinienne : « Ne te laisse pas vaincre par le mal, sois vainqueur du mal par le bien » (Rm 12, 21). Et aussi : « Ne nous laissons pas de faire le bien » (Ga 6, 9). Nous avons tous des sympathies et des antipathies, et peut-être justement en ce moment sommes-nous fâchés contre quelqu’un. Disons au moins au Seigneur : “Seigneur, je suis fâché contre celui-ci ou celle-là. Je te prie pour lui et pour elle”. Prier pour la personne contre laquelle nous sommes irrités

C’est un beau pas vers l’amour, et c’est un acte d’évangélisation. Faisons-le aujourd’hui ! Ne nous laissons pas voler l’idéal de l’amour fraternel !

CHANGEZ VOS CŒURS

Changez vos cœurs, croyez à la Bonne Nouvelle,

Changez de vie, croyez que Dieu vous aime.

 

Homélie   sous formes d’EXAMEN DE CONSCIENCE      

-Prenons-nous conscience de cet amour du Seigneur pour nous ?

-Nous laissons-nous nous conduire par cet amour ?

-Prenons-nous le temps pour rendre grâce de cet amour ?

-Essayons-nous d'aimer le Seigneur en retour ?

-Sommes-nous témoins de cet amour auprès des autres ?

-Leur permettons-nous de découvrir le vrai visage de Dieu ?

CHANGEZ VOS CŒURS

Changez vos cœurs, croyez à la Bonne Nouvelle,

Changez de vie, croyez que Dieu vous aime.

 

2°            Je ne viens pas pour les bien portants ni pour les justes :

Je viens pour les malades, les pécheurs

 

-Essayons-nous de vivre dans la fidélité au Seigneur ? Nous en donnons-nous les moyens: prière, réflexion ....

-Savons-nous porter un regard juste sur notre vie Reconnaître nos fautes, ou trouvons-nous facilement des excuses ?

-          Est-ce que je suis capable de pardonner,

-          Est-ce que je sais lui donner une nouvelle chance

 

CHANGEZ VOS CŒURS

Changez vos cœurs, croyez à la Bonne Nouvelle,

Changez de vie, croyez que Dieu vous aime.

 

3°            Je ne viens pas pour juger les personnes :

           Je viens pour leur donner la vie de Dieu.

 

Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant.

Gloire à toi, Seigneur

 

Evangile de Jésus Christ selon St Marc ch1,12-15

Voir les commentaires