Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la paroisse de Livarot

NOËL, un conte merveilleux

18 Décembre 2014, 03:36am

Publié par Myriam

NOËL

Noël, un conte merveilleux ?

Jésus est-il réellement né dans une étable entouré de bergers ? La réponse du Père Jacques Nieuviarts, bibliste, assomptionniste, aux questions de Sophie de Villeneuve. Publié le 4 décembre 2014. 

Sophie de Villeneuve : Certains peinent à croire à cette histoire merveilleuse d'une naissance entre un âne et un bœuf… Est-ce vraiment ainsi qu'est né le Fils de Dieu? Les rois mages sont-ils vraiment venus lui offrir des présents? Que disent les textes exactement?

J. N. : Saint Jean ouvre son évangile par ces mots mystérieux : "Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu". Je crois que saint Jean annonce qu'au plus profond, la naissance de Jésus est un mystère. Dans l'évangile de Marc, on est quasiment tout de suite au bord du Jourdain, au moment du baptême de Jésus. Seuls les premiers chapitres des évangiles de Matthieu et de Luc, qu'on appelle aussi les récits de l'enfance, nous parlent de la naissance de Jésus. Celui de Luc est tout entier centré sur Marie. Après l'apparition de l'ange à Zacharie qui annonce la naissance de Jean-Baptiste, Élisabeth rencontre Marie, et toutes deux sont dans l'allégresse, car Marie vient d'avoir la visite de l'ange qui lui annonce la naissance de Jésus.

Donc, tous les évangiles ne racontent pas la naissance de Jésus?

J. N. : Non, seulement Matthieu et Luc, et ils le font de manière différente, en étant d'accord sur l'essentiel.

Quel est l'essentiel?

J. N. : Que Jésus est fils de Dieu, conçu du Saint-Esprit, né de la Vierge Marie. Voilà ce que disent les textes. Ils disent aussi que Jésus est de la race de David, ce qui est très important, car Jésus est l'héritier de toute l'espérance messianique qui traverse la Bible.

Les textes sont aussi très précis sur les conditions de la naissance de Jésus?

J. N. : Oui, l'évangile de Luc parle de Nazareth et de Bethléem, mais l'âne et le bœuf ne figurent pas dans les évangiles, ils sont issus de l'intuition de saint François d'Assise, pour dire jusqu'où Jésus est allé dans l'humilité. Jésus naît à Bethléem, dit Luc, au cours d'un recensement, dans une salle à l'écart, parce que dans la salle commune il y avait trop de monde. Matthieu dit très peu de choses : que l'ange est apparu à Joseph pour lui demander d'accueillir Marie, qui porte en elle un enfant qui vient de l'Esprit saint.

C'est vrai qu'il n'y avait personne pour les accueillir?

J. N. : Le pape Benoît XVI a publié un livre dans lequel il demandait que l'on reçoive ce qui est dit dans les Évangiles comme une réalité profonde, qui est dans la foi factuellement vrai. Les historiens ont un regard beaucoup plus critique. Bien sûr, Jésus est probablement né en – 6 de notre ère. Mais il est né au milieu des bergers, qui sont les pauvres des pauvres, qui vont courir adorer l'enfant et en être les messagers. Le message de Jésus passe par la voix des pauvres. Matthieu, pétri d’Écriture, décrit Jésus comme un nouveau Moïse : Jésus est menacé par Hérode, et Dieu demande à Joseph de prendre l'enfant et de partir en Égypte. Rien ne prouve que la sainte famille, historiquement, soit partie en Égypte, mais les évangiles, en le disant, nous invitent à comprendre que Jésus est le nouveau Moïse.

Et les mages, qui suivent leur étoile et viennent de très loin?

J. N. : Dans le livre des Nombres, au chapitre 25, on trouve l'histoire de Balaam, un astrologue, un devin qui lisait dans les astres, qu'un roi païen appelle à maudire Israël. Balaam ne le fait pas, disant : "Je vois son astre se lever", et il se lance dans une véritable annonce messianique. Le texte de Matthieu est imprégné de cette histoire, ainsi que du livre d'Isaïe, et l'on voit qu'il tisse les Écritures de façon extrêmement serrée. Il dessine une véritable tapisserie qui nous montre qu'à peine né, Jésus est déjà menacé de mort. Et tandis que les gens de Jérusalem, qui lisent les Écritures, ne bougent pas, ces mages venus de loin, eux, viennent adorer Jésus.

Est-ce qu'ils sont vraiment venus?

J. N. : Je pense que la force de ces textes, c'est qu'ils sont une affirmation théologique, qu'on retrouve dans nos crèches où nous avons rajouté des chameaux. Dans le psaume 72, on dit que pour venir vers le roi choisi par Dieu, on montera des chameaux chargés de présents. C'est ce que font les mages. On peut croire aussi que c'est rigoureusement vrai. On ne peut pas l'affirmer historiquement, mais c'est une façon de lire l'Évangile qui enracine dans la foi et dit qui est Jésus.

Si je comprends bien, même si on ne sait pas si tout cela est vrai dans les faits, ce n'est pas très grave au fond? Ce qui est important pour notre foi, c'est ce que cela signifie ?

J. N. : Je ne dirais bien sûr pas cela de tout l'Évangile. Le P. Benoît, qui enseignait à l’École biblique de Jérusalem, disait : "Les évangiles n'ont pas voulu nous donner de l'histoire, mais de l'historique". Les Évangiles nous parlent le langage des Écritures, pour nous emmener beaucoup plus loin que l'histoire des événements.

Et la fameuse étoile, a-t-elle un sens?

J. N. : Je parlais à l'instant de l'histoire de Balaam, écrite bien avant la naissance de Jésus, qui voit l'astre se lever. Au temps de Jésus, on parlait d'un astre qui se lève pour une naissance extraordinaire, celle d'un empereur par exemple. Matthieu ne parle pas d'un empereur, mais du Fils de Dieu. Il parle là le langage des Écritures. Des chercheurs se sont demandé s'il s'était passé quelque chose à ce moment-là, et on a trouvé une conjonction d'astres particulière. Mais ce que disent les Évangiles est beaucoup plus profondément vrai que la réalité factuelle d'un événement, c'est que rencontrer Jésus Christ sauveur est essentiel pour nous tous. Cela bouleverse ma vie et celle de chacun d'entre nous. C'est une source d'espérance.

Vous lisez ces textes chaque Noël avec autant de passion?

J. N. : Avec autant de passion, avec une lecture naïve. Je lis ces textes comme un enfant, avec toute mon expérience d'exégète qui me dit qu'il y a une autre manière de les comprendre. Je pense que l'attitude croyante consiste à superposer les deux, pour laisser les Écritures dont ces textes sont gorgés remonter à travers eux et nourrir notre foi.

Donc, on peut sans problème se laisser bercer par la crèche, l'âne et le bœuf, les rois mages…

J. N. : L'enfant qui écoute ces textes les comprend magnifiquement, et cela le conduit au cœur de la rencontre du Christ. Quand on les lit comme un adulte, on est amené à faire fonctionner son intelligence, avec son cœur. Mais pour la nuit de Noël, je laisse longuement travailler le cœur, en laissant l'intelligence m'avertir doucement.

Sophie de Villeneuve pour l'émission "Mille questions à la foi" sur Radio Notre-Dame.
Croire.com

Voir les commentaires

Lecture de la Messe de Noël la nuit et le jour

16 Décembre 2014, 20:39pm

Publié par Myriam

Horaire de la veillée de Noël

19 h église de Livarot

19h église de St Germain de Livet

pour les relais de Fervaques et St Germain de Livet

le jour de Noël

messe de Noël

à 11 h église de Livarot

Lecture de la Messe de Noël la nuit et le jour
Lecture de la Messe de Noël la nuit et le jour
Lecture de la Messe de Noël la nuit et le jour
Lecture de la Messe de Noël la nuit et le jour

Messe de la nuit de Noël

1ère lecture : Le prince de la paix (Is 9, 1-6)

Lecture du livre d'Isaïe

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre, une lumière a resplendi. 
Tu as prodigué l'allégresse, tu as fait grandir la joie : ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit en faisant la moisson, comme on exulte en partageant les dépouilles des vaincus.
Car le joug qui pesait sur eux, le bâton qui meurtrissait leurs épaules, le fouet du chef de corvée, tu les as brisés comme au jour de la victoire sur Madiane.
Toutes les chaussures des soldats qui piétinaient bruyamment le sol, tous leurs manteaux couverts de sang, les voilà brûlés : le feu les a dévorés.
Oui ! un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; l'insigne du pouvoir est sur son épaule ; on proclame son nom : « Merveilleux-Conseiller, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ».
Ainsi le pouvoir s'étendra, la paix sera sans fin pour David et pour son royaume. Il sera solidement établi sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Voilà ce que fait l'amour invincible du Seigneur de l'univers.

Psaume : 95, 1-2a, 2b-3, 11-12a, 12b-13a.c

R/ Aujourd'hui, un Sauveur nous est né :
c'est le Christ, le Seigneur.

 

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
pour gouverner le monde avec justice.

2ème lecture : La grâce de Dieu s'est manifestée (Tt 2, 11-14)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre à Tite

La grâce de Dieu s'est manifestée pour le salut de tous les hommes.
C'est elle qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d'ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnable, justes et religieux,
et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur.
Car il s'est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien

Evangile : Naissance de Jésus (Lc 2, 1-14)
 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Je vous annonce une grande joie. Aujourd'hui nous est né un Sauveur : c'est le Messie, le Seigneur !Alléluia. (cf. Lc 2, 10-11)
 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, parut un édit de l'empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre — ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie.
Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d'origine.
Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David.
Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte.
Or, pendant qu'ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter.
Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n'y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.
L'ange du Seigneur s'approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d'une grande crainte,
mais l'ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd'hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur.
Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l'ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. »

 

Messe du jour de Noël

 

1ère lecture : La bonne nouvelle (Is 52, 7-10)

Lecture du livre d'Isaïe

Comme il est beau de voir courir sur les montagnes le messager qui annonce la paix, le messager de la bonne nouvelle, qui annonce le salut, celui qui vient dire à la cité sainte : « Il est roi, ton Dieu ! »
Écoutez la voix des guetteurs, leur appel retentit, c'est un seul cri de joie ; ils voient de leurs yeux le Seigneur qui revient à Sion.
Éclatez en cris de joie, ruines de Jérusalem, car le Seigneur a consolé son peuple, il rachète Jérusalem !
Le Seigneur a montré la force divine de son brasaux yeux de toutes les nations. Et, d'un bout à l'autre de la terre, elles verront le salut de notre Dieu.

Psaume : 97, 1, 2-3ab, 3cd-4, 5-6

R/ La terre entière a vu
le Sauveur que Dieu nous donne.

Chantez au Seigneur un chant nouveau, 
car il a fait des merveilles ; 
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s'est assuré la victoire. 

Le Seigneur a fait connaître sa victoire 
et révélé sa justice aux nations

il s'est rappelé sa fidélité, son amour, 
en faveur de la maison d'Israël. 

La terre tout entière a vu 
la victoire de notre Dieu. 
Acclamez le Seigneur, terre entière, 
sonnez, chantez, jouez !

Jouez pour le Seigneur sur la cithare, 
sur la cithare et tous les instruments ; 
au son de la trompette et du cor, 
acclamez votre roi, le Seigneur !

2ème lecture : Le Fils, révélation définitive de Dieu (He 1, 1-6)

Commencement de la lettre aux Hébreux

Souvent, dans le passé, Dieu a parlé à nos pères par les prophètes sous des formes fragmentaires et variées ;
mais, dans les derniers temps, dans ces jours où nous sommes, il nous a parlé par ce Fils qu'il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes.
Reflet resplendissant de la gloire du Père, expression parfaite de son être, ce Fils, qui porte toutes choses par sa parole puissante, après avoir accompli la purification des péchés, s'est assis à la droite de la Majesté divine au plus haut des cieux ;
et il est placé bien au-dessus des anges, car il possède par héritage un nom bien plus grand que les leurs. 
En effet, Dieu n'a jamais dit à un ange : Tu es mon Fils, aujourd'hui je t'ai engendré. Ou bien encore : Je serai pour lui un père, il sera pour moi un fils. 
Au contraire, au moment d'introduire le Premier-né dans le monde à venir, il dit : Que tous les anges de Dieuse prosternent devant
lui.

Evangile : Le Verbe s'est fait chair (Jn 1, 1-18 (lecture brève : 1, 1-5.9-14))

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd'hui la lumière a brillé sur la terre. Peuples de l'univers, entrez dans la clarté de Dieu ; venez tous adorez le Seigneur. Alléluia.

Commencement de l'Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement auprès de Dieu.
Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;
la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée.
Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean.
Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu.
Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu.
Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.
Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu.
Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. »
Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce :
après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
Dieu, personne ne l'a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître.

 

Voir les commentaires

Célébration pénitentielle

16 Décembre 2014, 20:26pm

Publié par Myriam

chant fait paraître ton jour

 

 

Paroisse St Pierre et St Paul en Val d’Auge

CELEBRATION PENITENTIELLE mercredi 17 décembre 2014

 

Chant : FAIS PARAITRE TON JOUR

 

1°            Par la croix du Fils de Dieu, signe levé qui rassemble les nations,

                par le corps de Jésus Christ dans nos prisons, innocent et torturé,

                sur les terres désolées, terres d'exil, sans printemps, sans amandier.

 

Ref : Fais paraître ton Jour et le temps de ta grâce,

fais paraître ton Jour : que l'homme soit sauvé !

 

3°            Par la croix du vrai pasteur, alléluia, où l'enfer est désarmé,

                par le corps de Jésus Christ, alléluia, qui appelle avec nos voix,

                sur l'Eglise de ce temps, alléluia, que l'Esprit vient purifier.

Tout au long de ce temps d'Avent, nous avons essayé de déchiffrer les signes de Dieu dans notre monde.

-     recherche de paix,

-     recherche d'un monde nouveau plus fraternel,

-     attention aux pauvres,

-     reconnaissance de la venue de Dieu, dans des signes petits quelquefois dérisoires.

 

Dans cette célébration, nous voulons faire le point devant Dieu de ce que nous avons pu lire et découvrir de Jésus qui vient.

 

Nous allons demander pardon aussi pour notre aveuglement et notre fermeture aux signes de Dieu.

 

Nous allons nous mettre en état d'attente et d'ouverture en chantant :

 

AUBE NOUVELLE

 

1°            Aube nouvelle dans notre nuit.

                Pour sauver son peuple Dieu va venir.

                Joie pour les pauvres  fête aujourd'hui !

                Il faut préparer la route au Seigneur. (bis)

 

 

Nous allons prendre d'abord un temps de recueillement pour regarder ce mois de décembre, y découvrir les signes de Dieu dans ce que nous avons vécu gestes d'accueil, gestes de partage, gestes de pardon, gestes d'entraide, gestes d'amour, engagements dans le monde et l'Eglise...

(temps de silence)

Durant notre recherche, nous sommes certainement passés a côté de signes: nous ne les avons pas vus, nous ne les avons pas posés, il nous faut en prendre conscience et nous laisser réconcilier. Nous méritons souvent les reproches du Seigneur.

 

Chant : ALLELUIA

 

Evangile Saint Luc (12, 54 à 56)

 

Jésus dit encore aux foules : "Quand vous voyez un nuage se lever au couchant vous dites aussitôt "La pluie vient" et c'est ce qui arrive. Et quand vous voyez souffler le vent du midi vous dites : "Il va faire une chaleur accablante", et c'est ce qui arrive. Et quand vous savez reconnaître l'aspect de la terre et du ciel, et le temps présent, comment ne savez-vous pas le reconnaître ?

 

EXAMEN DE CONSCIENCE

 

RECHERCHE DE PAIX SIGNE DE DIEU… (1er lecteur)

 

- Avons-nous travaillé à la paix là où nous vivons ?

*        famille,

*        relations,

*        lieu de travail ?

-        Avons-nous su reconnaître notre tort et demander pardon ?

-        Avons-nous su pardonner ?

 

« Heureux ceux qui font la paix, ils seront appelés fils de Dieu »

 

(temps de silence puis un chant :  Seigneur prends pitié)

 

RECHERCHE D'UN MONDE NOUVEAU, SIGNE DE DIEU… (2e lecteur)

 

-        Avons-nous recherché la justice pour tous ?

  • Avons-nous essayé de promouvoir la solidarité, à travers les associations

-        Travaillons-nous pour le développement des peuples ?

-        Acceptons-nous de partager

-        Recherchons-nous une politique qui porte le souci de développement ?

 

"Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, ils seront rassasiés."

 

(temps de silence puis un chant  :  Seigneur prends pitié)

 

ATTENTION AUX PAUVRES, SIGNE DE DIEU… (1er lecteur)

 

-        Avons-nous le souci des pauvres ?

-        Est-ce que nous savons ouvrir les yeux pour les découvrir

-        Est-ce que nous donnons de notre temps, de notre argent, de notre imagination et de notre volonté pour leur venir en aide ?

-        Est-ce que nous savons les accueillir, les écouter, les aider à résoudre leurs problèmes ?

-        Travaillons-nous à une société plus juste et plus fraternelle.

 

« Heureux les pauvres de cœur, le Royaume de Dieu est a eux »

(temps de silence puis un chant style :  Seigneur prends pitié)

 

             LIRE LES SIGNES DE DIEU DANS MA VIE ET CELLE DU MONDE…(2e lecteur)

 

-        Est-ce que nous prenons le temps de regarder notre vie et celle du monde pour y chercher la trace de Dieu ?

-        Prenons-nous le temps d'éclairer notre regard par la lecture de la Parole de Dieu?

-        Avons-nous le souci d'agir pour que notre vie et la vie de l'Eglise soit signe pour les autres ?

(temps de silence puis un chant style :  Seigneur prends pitié)

 

Signe de l’eau bénite (en silence)

        DEMANDE DE PARDON

 

   Je confesse à Dieu tout-puissant, je reconnais devant mes frères, que j'ai péché en pensée, en parole, par action et par omission oui j'ai vraiment péché.

C'est pourquoi je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints, et vous aussi mes frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

 

ABSOLUTION

Dieu notre Père ne veut pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive. C'est lui qui nous a aimés le premier et il a envoyé son Fils dans le monde pour que le monde soit sauvé par lui. Qu'il vous montre sa miséricorde et vous donne la paix. AMEN.

- Jésus-Christ, le Seigneur, livré à la mort par nos fautes, est ressuscité pour notre justification. Il a répandu son Esprit Saint sur les apôtres pour qu'ils reçoivent le pouvoir de remettre les péchés.

Par notre ministère, que Jésus lui-même vous délivre du mal et vous remplisse de l'Esprit Saint. AMEN.

- l’Esprit Saint, notre aide et notre défenseur, nous a été donné pour la rémission des péchés et en lui nous pouvons approcher du Père. Que l'Esprit illumine et purifie nos cœurs ainsi vous pourrez annoncer les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres a son admirable lumière. AMEN.

 

 

- Et moi, AU NOM DU PERE ET DU FILS ET DU SAINT ESPRIT, je vous pardonne tous vos péchés. AMEN.

Le pardon d'aujourd'hui est le signe de Dieu pour aujourd'hui,

 nous allons le reconnaître et remercier le Seigneur qui nous fait expérimenter

son amour de Père. Nous allons le reconnaître et le proclamer.

NOTRE PERE

Contemplons ce que - Dieu a fait de nous : un peuple de lumière et

essayons au quotidien de lire le signe de Dieu, d'être nous aussi signe de Dieu.

(les résolutions à prendre)

BENEDICTION

Chant : PEUPLE DE LUMIERE

Refr. : Peuple de lumière, baptisé pour témoigner, Peuple d'Evangile,

appelé pour annoncer, Les merveilles de Dieu, pour tous les vivants.

 

1/ Vous êtes l'Evangile pour vos frères, si vous garder ma parole,

pour avancer dans la vérité, Bonne Nouvelle pour la terre!

2/ Vous êtes l'Evangile pour vos frères,

si vous suivez mon exemple pour demeurer dans la charité,

Bonne Nouvelle pour la terre

 

Voir les commentaires