Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la paroisse de Livarot

2e dimanche de Carême A - 12 mars 2017 Messe à 10h Livarot

7 Mars 2017, 07:09am

Publié par Myriam

2e dimanche de Carême A - 12 mars 2017  Messe à 10h Livarot

2e dimanche de Carême A - 12 mars 2017

Messe à 10h Livarot

1ère lecture : Gn 12, 1-4

En ces jours-là, le Seigneur dit à Abram : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront ; celui qui te maudira, je le réprouverai. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. » Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth s’en alla avec lui.

 

Commentaire :

Dans la tradition d’Israël, ce texte a beaucoup d’importance. À travers la figure de l’Ancêtre, le peuple de Dieu se voit révélé que toute son histoire commence par une initiative de Dieu.

Le Seigneur se révèle comme le Dieu de la promesse. Abraham est le modèle des croyants car il est parti sans savoir où cela le mènerait mais faisant une totale confiance aux promesses de Dieu.

Pour les chrétiens, ces promesses ont trouvé leur accomplissement dans la personne de Jésus Christ.

 

2ème lecture : 2 Tm 1, 8b-10

Fils bien-aimé, avec la force de Dieu, prends ta part des souffrances liées à l’annonce de l’Évangile. Car Dieu nous a sauvés, il nous a appelés à une vocation sainte, non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce. Cette grâce nous avait été donnée dans le Christ Jésus avant tous les siècles, et maintenant elle est devenue visible, car notre Sauveur, le Christ Jésus, s’est manifesté : il a détruit la mort, et il a fait resplendir la vie et l’immortalité par l’annonce de l’Évangile.

 

Commentaire :

L’apôtre invite Timothée a prendre part à ses souffrances pour l’annonce de l’Évangile. Il rappelle son enseignement : c’est par pure grâce et non selon nos mérites que nous sommes sauvés. C’est à une vocation sainte que nous sommes appelés puisqu’elle vient de Dieu et qu’elle nous associe à son projet : annoncer notre Sauveur Jésus Christ lui qui s’est manifesté en détruisant la mort.

 

Evangile : Mt 17,1-9

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! » Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul. En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

 

Commentaire :

Dans la tradition juive, la haute montagne évoque la montagne du Sinaï où Moïse a rencontré le Seigneur Dieu. Pour parler de la venue de Dieu à la fin des temps, il était habituel d’imaginer un nouveau Sinaï définitif.

L’évangéliste Matthieu reprend cette tradition pour présenter Jésus comme celui qui instaure les derniers temps. Les vêtements blancs symboles célestes et le visage transfiguré anticipent ce que révèlera la résurrection de Jésus : Jésus est le Seigneur. Il est entouré des deux figures de l’Ancien Testament dont l’histoire est liée à la montagne de Dieu et qui sont, toujours d’après les traditions juives, déjà dans la gloire de Dieu : Moïse, parce qu’on a jamais retrouvé son corps et Élie, monté au ciel sur un char de feu (2 Rois 2,11).

Pierre voudrait s’installer déjà dans les tentes éternelles. Mais il lui reste, comme pour tous les disciples, à prendre la route qui passe par le Calvaire, avant de partager en plénitude la vie du Fils bien-aimé en qui Dieu a mis tout son amour.

François Brossier

Commenter cet article