Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la paroisse de Livarot

LECTURE ET COMMENTAIRE DU DIMANCHE FEVRIER 2017

15 Février 2017, 08:11am

Publié par Myriam

- 26 février 2017 8e dimanche A

Messe 10h Livarot

1ère lecture : Is 49,14-15

Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, mon Seigneur m’a oubliée. » Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas, – dit le Seigneur.

Commentaire :

Exilé à Babylone, les habitants de Jérusalem avaient toutes les raisons de croire que Dieu les avait abandonnés. Non seulement le Seigneur n’a pas oublié son peuple mais il ira au-delà de ses espérances en envoyant son propre fils manifester son amour pour l’humanité.

2ème lecture : 1 Co 4,1-5

Frères, que l’on nous regarde comme des auxiliaires du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Or, tout ce que l’on demande aux intendants, c’est d’être trouvés dignes de confiance. Pour ma part, je me soucie fort peu d’être soumis à votre jugement, ou à celui d’une autorité humaine ; d’ailleurs, je ne me juge même pas moi-même. Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour cela que je suis juste : celui qui me soumet au jugement, c’est le Seigneur. Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

Commentaire :

Paul en est à la conclusion concernant les disputes entre Corinthiens au sujet des prédicateurs auxquels ils se réfèrent. Paul ou Apollos ne sont que des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Paul se sait critiqué par certains Corinthiens. Il ne s’en soucie pas. Ce n’est pas aux Corinthiens de juger. Ce sera au Seigneur de le faire lors de sa venue, c’est-à-dire au Jugement dernier.

Evangile : Mt 6,24-34

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ? Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux. Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ? Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : ‘Qu’allons-nous manger ?’ ou bien : ‘Qu’allons-nous boire ?’ ou encore : ‘Avec quoi nous habiller ?’ Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »

 

Commentaire :

Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. La traduction liturgique a mis une majuscule au mot « Argent » car le mot grec « Mamon » personnifie en quelque sorte l’argent et montre qu’il peut devenir une idole qui s’oppose à Dieu.

Une objection vient à l’esprit : il faut bien de l’argent pour vivre. La suite répond à cette objection. Ne vous faites pas de souci : si les oiseaux qui ne travaillent pas sont nourris par Dieu, à plus forte raison les humains. Les soucis ne prolongeront pas votre vie. Si Dieu habille de splendeur les lys des champs, à plus forte raison il n’oubliera pas ses disciples. Ne vous faites pas de souci pour demain… À chaque jour suffit sa peine.

On sent bien ici une illustration de la demande du Notre Père : Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Le message de Jésus dénonce le danger de bâtir sa vie sur le désir d’avoir toujours plus, au point de laisser guider sa vie par l’Argent. Mais attention aux mauvaises lectures : ce n’est pas l’insouciance des oiseaux ou la passivité des fleurs qui est donnée en exemple, mais la confiance en la sollicitude de Notre Père. Saint Paul rappellera à juste titre aux Thessaloniciens (2 Th 3,10-12) que, s’ils veulent manger, ils doivent travailler : Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus !

François Brossier

Commenter cet article