Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ce blog a pour but de mieux faire connaître la paroisse St Pierre et St Paul en Val d'Auge et de laisser un message à tous ceux qui le visite.

Le blog de la paroisse de Livarot

ce blog a pour but de mieux faire connaître la paroisse St Pierre et St Paul en Val d'Auge et de laisser un message à tous ceux qui le visite.

LECTURE ET COMMENTAIRE DU DIMANCHE 11 DECEMBRE 2016

com

3ème dimanche de l'Avent A - 11 décembre 2016

Messe Eglise en Famille 10 h Livarot

 

1ère lecture : Is 35/1-6a.10

Le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent ! Le pays aride, qu’il exulte et fleurisse comme la rose, qu’il se couvre de fleurs des champs, qu’il exulte et crie de joie ! La gloire du Liban lui est donnée, la splendeur du Carmel et du Sarone. On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s’affolent : « Soyez forts, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. » Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. Ceux qu’a libérés le Seigneur reviennent, ils entrent dans Sion avec des cris de fête, couronnés de l’éternelle joie. Allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s’enfuient.

Commentaire :

Ce passage du livre d’Isaïe a été rédigé à l’époque du retour d’Exil à Babylone. Le désert qui se couvre de fleurs, c’est le désert de Syrie qu’il faut traverser pour rentrer à Jérusalem. Ce désert de tristesse et de soif lors de l’Exil se change en désert fleuri lors du retour car Dieu ne peut pas laisser son peuple dans la détresse : il est bien le Sauveur comme il l’a été lors de la sortie d’Égypte.

Pour les chrétiens, c’est Jésus qui accomplira pleinement cette promesse : Avec lui, « s’ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds, le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. »

2ème lecture : Jc 5/7-10

Frères, en attendant la venue du Seigneur, prenez patience. Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience, jusqu’à ce qu’il ait fait la récolte précoce et la récolte tardive. Prenez patience, vous aussi, et tenez ferme car la venue du Seigneur est proche. Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, ainsi vous ne serez pas jugés. Voyez : le Juge est à notre porte. Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

Commentaire :

La lettre de Jacques est écrite dans un contexte où le retard de la parousie pose problème à la communauté chrétienne. Dans ce contexte, la patience et la persévérance sont les vertus à cultiver. Les prophètes ont attendu avec patience la réalisation des promesses qu’ils adressaient au nom de Dieu. Qu’ils servent de référence pour les chrétiens. La venue de Jésus donne l’assurance que Dieu tient ses promesses.

Evangile : Mt11/2-11

En ce temps-là, Jean le Baptiste entendit parler, dans sa prison, des œuvres réalisées par le Christ. Il lui envoya ses disciples et, par eux, lui demanda : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Jésus leur répondit : « Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute ! » Tandis que les envoyés de Jean s’en allaient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? un roseau agité par le vent ? Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme habillé de façon raffinée ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète. C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi. Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui. »

Commentaire :

On comprend le doute de Jean-Baptiste : il avait annoncé (C’était l’évangile de dimanche dernier) que « celui qui devait venir » allait faire le ménage, comme le moissonneur qui, avec sa pelle à vanner, sépare le bon grain de l’ivraie.

Or, Jésus ne fait pas le ménage, ses actes ne correspondent pas à ce qu’attendait le Baptiste. D’où la question de ce dernier : « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? »

C’est vrai : Jésus ne fait pas le tri, ne condamne pas. Il rend la joie, la vue, la dignité à tout homme qui le rencontre et croit en lui. C’est ce qu’annonçait le prophète Isaïe : « Alors s’ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf et la bouche du muet criera de joie ».

Le message de Jean Baptiste avait le mérite de réveiller ses auditeurs. Mais la venue de Jésus est d’abord une Bonne nouvelle qui plonge ceux qui l’accueillent dans une grande joie. C’est cette joie que nous célébrons en ce dimanche que l’on appelait autrefois du mot qui commençait le chant d’ouverture latin tiré de la lettre de Paul aux Philippiens : « Gaudete. » Soyez toujours dans la joie du Seigneur… Le Seigneur est proche. » Ep 4,4-5.

Jean Baptiste a pu faire erreur sur le type de messie que serait Jésus. Il n’en reste pas moins le prophète qui a annoncé la venue de Jésus. À ce titre, il est le plus grand parmi les hommes. Mais le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui non pas à cause de ses mérites mais parce que, grâce au Christ, il est devenu enfant de Dieu.

François Brossier


 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article