Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la paroisse de Livarot

LECTURE ET COMMENTAIRE DU DIMANCHE 4 DECEMBRE 2016

29 Novembre 2016, 03:44am

Publié par Myriam

LECTURE ET COMMENTAIRE DU DIMANCHE 4 DECEMBRE 2016

2ème dimanche de l'Avent A - 4 décembre 2016

Messe à 10 h Livarot

Afficher l'image d'origine

1ère lecture : Is 11/1-10

En ce jour-là, un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur – qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs. Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. Du bâton de sa parole, il frappera le pays ; du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant. La justice est la ceinture de ses hanches ; la fidélité est la ceinture de ses reins. Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage. Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main. Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer. Ce jour-là, la racine de Jessé sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.

 

Commentaire :

Le prophète Isaïe a été très déçu par les descendants de David (Achaz, Ézéchias) qui ont multiplié les alliances hasardeuses avec l’Égypte contre l’Assyrie. Le prophète espère donc la venue d’un nouveau David non pas dans les descendants mais en revenant à Jessé, père de David (le rejeton jailli de ses racines), c’est-à-dire en revenant aux origines de la royauté. Le prophète croit en effet à la fidélité de Dieu à ses promesses mais il laisse entendre que celles-ci peuvent se réaliser autrement que par la succession dynastique. Ce nouveau roi instaurera un règne paradisiaque.

Pour les chrétiens, l’accomplissement de ces promesses s’est réalisé avec Jésus, Fils de David.

 

2ème Lecture : Rm 15/4-9

Frères, tout ce qui a été écrit à l'avance dans les livres saints l’a été pour nous instruire, afin que, grâce à la persévérance et au réconfort des Écritures, nous ayons l’espérance. Que le Dieu de la persévérance et du réconfort vous donne d’être d’accord les uns avec les autres selon le Christ Jésus. Ainsi, d’un même cœur, d’une seule voix, vous rendrez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu. Car je vous le déclare : le Christ s’est fait le serviteur des Juifs, en raison de la fidélité de Dieu, pour réaliser les promesses faites à nos pères ; quant aux nations, c'est en raison de sa miséricorde qu'elles rendent gloire à Dieu, comme le dit l’Écriture : C’est pourquoi je proclamerai ta louange parmi les nations, je chanterai ton nom.

 

Commentaire :

La grande nouveauté révélée par Jésus Christ, c’est que l’amour de Dieu n’est pas réservé au peuple de la Première Alliance. Certes, celui-ci a reçu les promesses dont témoignent les Écritures, mais lors de l’accomplissement de ces promesses en Jésus Christ, les païens ont été associés au salut, fruit de sa mort et de sa résurrection. C’est pourquoi désormais tous, d’un même cœur, d’une même voix, peuvent rendre gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ.

Les communautés chrétiennes sont donc invitées à garder l’unité dans leur diversité selon l’Esprit du Christ Jésus.

 

Evangile : Mt 3/1-12

En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. » Jean est celui que désignait la parole prononcée par le prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Lui, Jean, portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage. Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés. Voyant beaucoup de pharisiens et de sadducéens se présenter à son baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit digne de la conversion. N’allez pas dire en vous-mêmes : ‘Nous avons Abraham pour père’ ; car, je vous le dis : des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. Moi, je vous baptise dans l’eau, en vue de la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Il tient dans sa main la pelle à vanner, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera son grain dans le grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »

 

Commentaire :

Un des thèmes majeurs du temps de l’Avent, c’est le réveil : « Berger de Dieu, réveille-nous, voici le temps de ta promesse ». S’il y a bien un passage d’évangile fait pour nous réveiller, c’est bien l’évangile de ce dimanche. Jésus y est présenté comme un bûcheron qui abat l’arbre qui ne porte pas de fruit ; ou encore comme le moissonneur qui jette au feu la paille.

L’appel de Jean-Baptiste vient résonner encore aujourd’hui aux oreilles des croyants : « Convertissez-vous ! ». Les pharisiens et les sadducéens croyaient que leur titre de fils d’Abraham suffisait pour être sauvés ; peut-on croire qu’il suffit de se dire chrétien pour être sauvé. Cet évangile rappelle qu’il n’y a pas de mot de passe, pas de sauf-conduit, pas de mot magique. Ce sera le refrain permanent de l’évangile de Matthieu : seul celui qui met ses actes en accord avec ses paroles sera jugé digne d’être accueilli dans le royaume du Père.

Mais il n’est pas question non plus de s’enfermer dans un sentiment de culpabilité. Le Christ vient au devant des hommes. Certes, personne n’est digne de lui retirer ses sandales, c’est-à-dire de faire ce que faisait un esclave. Mais le baptême dans l’Esprit-Saint et dans le feu donne la force de marcher à sa suite.

François Brossier

Commenter cet article