Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ce blog a pour but de mieux faire connaître la paroisse St Pierre et St Paul en Val d'Auge et de laisser un message à tous ceux qui le visite.

Le blog de la paroisse de Livarot

ce blog a pour but de mieux faire connaître la paroisse St Pierre et St Paul en Val d'Auge et de laisser un message à tous ceux qui le visite.

Lecture et Commentaire du dimanche 27 novembre 2016

com

1er dimanche de l'Avent A - 27 novembre 2016

Messe à 10 h Livarot

 

1ère lecture : Is 2/1-5

Parole d’Isaïe, – ce qu’il a vu au sujet de Juda et de Jérusalem. Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront toutes les nations et viendront des peuples nombreux. Ils diront : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur. Il sera juge entre les nations

et l’arbitre de peuples nombreux. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur.

 

Commentaire :

Le prophète Isaïe a prêché au VIIIe siècle. Alors que la menace assyrienne se fait de plus en plus pressante, Isaïe refuse de voir dans la puissance des armes une protection pour le royaume de Juda. Pour lui, le rayonnement de Jérusalem ne peut venir que de la présence de Dieu symbolisée par le temple. C’est pourquoi il annonce un pèlerinage de toutes les nations vers la montagne du Seigneur puisque c’est de Jérusalem que vient la Loi et la Parole du Seigneur. Alors que toutes les nations aux alentours se préparent à la guerre, lui annonce la paix à venir pour ceux qui suivent la Parole du Seigneur : « De leurs épées, ils forgeront des socs (de charrue), et de leurs lances des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. » Hélas, il n’a guère été entendu !

 

2ème lecture : Rm 13/11-14

Frères, vous le savez : c’est le moment, l’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants. La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans orgies ni beuveries, sans luxure ni débauches, sans rivalité ni jalousie, mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ.

 

Commentaire :

Cet extrait appartient à la dernière partie de la lettre aux Romains où Paul tire les conséquences pratiques de la partie théologique qui définissait le chrétien mort et ressuscité en Christ et conduit par l’Esprit. Paul montre que l’amour-agapè est désormais ce qui guide le comportement des chrétiens dans leurs rapports avec les membres de la communauté mais aussi avec tous les hommes. À la fin du chapitre 13, Paul invite les chrétiens à regarder le présent à la lumière du futur. Les chrétiens n’ont pas seulement à devenir ce qu’ils sont, ils ont aussi à devenir ce qu’ils seront un jour.

Paul construit cette exhortation sur un jeu d’oppositions : sommeil/réveil, nuit/jour, ténèbres/lumière. Il souligne l’urgence de la transformation. « Revêtez le Seigneur Jésus Christ » est un appel à se laisser conformer au Christ, à marcher avec lui dans la nouveauté de l’Esprit.

Une phrase fait difficulté : Car le salut est plus près de nous maintenant qu'à l'époque où nous sommes devenus croyants. D’après le professeur Samuel Légasse, dans cette phrase, « le salut s’identifie à ce qui, lors de la parousie, viendra couronner la situation déjà engagée chez les chrétiens par la rédemption effectuée en Jésus-Christ. »

 

Evangile Mt 24/37-44

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du Fils de l’homme. Alors deux hommes seront aux champs : l’un sera pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin en train de moudre : l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »

 

Commentaire :

Commencer l’année liturgique par l’annonce de la venue du Seigneur à la fin des temps nous rappelle que nous ne sommes pas enfermés dans un cycle perpétuel. Si nous nous préparons à fêter la première venue de Jésus à Noël, c’est pour mieux nous préparer à sa venue définitive.

Celle-ci sera soudaine : il faut donc être prêt. En évoquant le déluge, l’évangile ne fait pas référence à l’inconduite de ceux qui furent noyés mais à leur imprévoyance. La venue du Fils de l’homme aura la même brutalité : les hommes et les femmes qui vaquent à leurs occupations seront tout à coup séparés : l’un est pris, l’autre est laissé. L’évangile ne dit pas quel sera le critère. Il sera précisé plus loin dans la fameuse scène du jugement dernier : « J’avais faim… vous m’avez donné à manger… vous ne m’avez pas donné à manger… »

Il serait illusoire d’attendre le dernier moment pour se préparer. La soudaineté de la          venue du Seigneur appelle une seule solution : se tenir prêt dès aujourd’hui.

François Brossier

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article