Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ce blog a pour but de mieux faire connaître la paroisse St Pierre et St Paul en Val d'Auge et de laisser un message à tous ceux qui le visite.

Le blog de la paroisse de Livarot

ce blog a pour but de mieux faire connaître la paroisse St Pierre et St Paul en Val d'Auge et de laisser un message à tous ceux qui le visite.

Lecture de la fête de L'Ascension de notre Seigneur

com
Lecture de la fête de L'Ascension de notre Seigneur

        Ascension du Seigneur - 5 mai 2016

Messe à Livarot 10h

1ère lecture : Ac 1, 1-11

Cher Théophile, dans mon premier livre j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le moment où il commença, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis. C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu. Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche : alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. » Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs, qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

 

Commentaire :

Dans le Nouveau Testament, il y a deux manières principales pour parler de ce qui est advenu à Jésus après sa mort. D’une part, Jésus est ressuscité, littéralement « Jésus s’est éveillé » ou « Jésus s’est levé » ; d’autre part, Jésus a été exalté, glorifié, il est monté. La première formule a l’avantage de montrer que le ressuscité, c’est bien celui qui a été crucifié ; il y a continuité entre les deux. Elle risque cependant de donner l’impression que la résurrection serait un simple retour en arrière. La deuxième formule a l’avantage de bien montrer la nouveauté radicale du ressuscité ; il est désormais près du Père, « assis à la droite de Dieu. »

Luc est le seul évangéliste à mettre en récit cette affirmation théologique pour bien montrer que l’exaltation de Jésus, si elle échappe à la perception historique, n’en demeure pas moins une action qui advient à un moment du temps pour celui qui est venu partager l’histoire humaine.

Luc donne à ses lecteurs deux perspectives différentes : dans l’évangile (lu l’année C), l’exaltation est perçue comme le couronnement de l’histoire humaine de Jésus : sa trajectoire commencée avec l’Incarnation se termine auprès du Père. Dans les Actes des apôtres, l’exaltation de Jésus est décrite dans ses conséquences pour l’Église : elle ouvre le temps d’une présence non plus directe et physique mais par l’Esprit. Chaque disciple est donc appelé à se laisser conduire par l’Esprit pour annoncer de manière responsable et inventive la Bonne nouvelle de Jésus Christ.

 

2ème lecture : He 9/24-28 10/19-23

Le Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, figure du sanctuaire véritable ; il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu. Il n’a pas à s’offrir lui-même plusieurs fois, comme le grand prêtre qui, tous les ans, entrait dans le sanctuaire en offrant un sang qui n’était pas le sien ; car alors, le Christ aurait dû plusieurs fois souffrir la Passion depuis la fondation du monde. Mais en fait, c’est une fois pour toutes, à la fin des temps, qu’il s’est manifesté pour détruire le péché par son sacrifice. Et, comme le sort des hommes est de mourir une seule fois et puis d’être jugés, ainsi le Christ s’est-il offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude ; il apparaîtra une seconde fois, non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l’attendent. Frères, c’est avec assurance que nous pouvons entrer dans le véritable sanctuaire grâce au sang de Jésus : nous avons là un chemin nouveau et vivant qu’il a inauguré en franchissant le rideau du Sanctuaire ; or, ce rideau est sa chair. Et nous avons le prêtre par excellence, celui qui est établi sur la maison de Dieu. Avançons-nous donc vers Dieu avec un cœur sincère et dans la plénitude de la foi, le cœur purifié de ce qui souille notre conscience, le corps lavé par une eau pure. Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, celui qui a promis.

 

Commentaire :

Ce passage de la lettre aux Hébreux indique bien le sens de l’Ascension : nous croyons que Jésus avec son corps glorifié est désormais partageant pleinement la gloire de son Père. Le grand prêtre du temple de Jérusalem entrait une fois par an dans le saint des saints pour offrir le sang des animaux immolés. Jésus, lui, est le grand prêtre par excellence : ce n’est plus dans un temple terrestre qu’il entre mais dans la demeure même de Dieu ; il offre son propre sang, c'est-à-dire toute sa vie offerte une fois pour toutes sur la croix. À sa suite, nous pouvons désormais entrer dans le sanctuaire du ciel.

 

Evangile : Lc 24/46-53

En ce temps-là, Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples, leur dit : « Il est écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. à vous d’en être les témoins. Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une puissance venue d’en haut. » Puis Jésus les emmena au dehors, jusque vers Béthanie ; et, levant les mains, il les bénit. Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel. Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie. Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu.

 

Commentaire :

St Luc rapporte deux fois un récit d’ascension : d’une part à la fin de son évangile, d’autre part, au début des Actes des Apôtres (2ème lecture). Il traduit en récit l’affirmation permanente dans le Nouveau Testament : après sa mort, Jésus a été exalté, glorifié ; il est assis à la droite de Dieu ; il partage pleinement, dans son humanité même, la gloire de Dieu son Père.

En évoquant cette glorification de Jésus à la fin de l’évangile, Luc montre l’achèvement de l’itinéraire terrestre de Jésus : la montée vers Jérusalem commencée en Lc 9,51 ne s’arrête pas sur la croix mais dans la demeure du Père comme l’avait annoncé symboliquement le récit de Jésus au Temple (Lc 2,40-52).

En décrivant au début des Actes des apôtres l’ascension-exaltation de Jésus, Luc en montre les conséquences pour les disciples : l’absence de Jésus, désormais dans la gloire du Père, ouvre le temps de la responsabilité pour les disciples. Ce n’est pas le moment de rester le regard tourné vers le ciel, c’est le temps de l’annonce de la Bonne nouvelle de Jésus au monde entier. Les disciples ne sont pas pour autant livrés à leurs propres forces puisque Jésus leur promet l’assistance de l’Esprit.

François Brossier

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article